naar top
Menu
Logo Print
14/10/2019 - TOM DEJONGHE

COMMENT EVALUER ET REPARER UNE CHAPE DE FAÇON CORRECTE?

Conseils pour un bon prétraitement d’une chape

Un bon prétraitement de la chape est crucial pour garantir la qualité de la finition du sol. Il est important de contrôler quelques critères-clés sur le support pour chaque revêtement de sol: planéité et angle, propreté et contamination, déchirures et fissures, porosité et sécheresse. Comment vérifier tout ceci et remédier aux problèmes sur ces aspects-là?

ondervloer
Il est important que le support soit exempt de déchirures (de retrait) et de fissures. En cas d’irrégularités, mais aussi de déchirures et de fissures, le support peut se dessiner dans la finition. Les déchirures et fissures sont rebouchées (1), éventuellement sablées (2), avant de passer à l’application de l’apprêt (3) et d’égaliser (4)

COMMENT EVALUER LE SUPPORT?

Un ancien carrelage peut souffrir d’humidité ascensionnelle, un ancien plancher ou parquet de déformation. Une chape encollée ou un ancien enduit de sol peut ne plus adhérer correctement. La chape époxy ou PU peut être incompatible avec les produits à appliquer ...

Vous l’avez compris: il existe de nombreux supports, chacun ayant ses caractéristiques, et il est crucial de bien identifier et évaluer le support. Quel que soit le type de revêtement de sol appliqué par la suite. Quels critères-clés contrôler sur le support? Comment vérifier chaque critère? Et comment traiter les pro­blèmes ensuite?

le supportPLANEITE ET ANGLE

La planéité et l’angle du support ne peuvent pas trop dévier. En cas d’irrégularités (mais aussi de déchirures et de fissures, dont il sera davantage question tout à l’heure), le support peut en effet se dessiner dans la finition. Vous devez toujours commencer par réparer les irrégularités dans un support, avant d’égaliser.

Comment vérifier?

Vous vérifiez les deux critères via une inspection visuelle. De plus grandes divergences dans l’angle se vérifient avec un niveau à bulle. Vous découvrez de plus grandes divergences dans la planéité à l’aide d’une latte guide de, p.ex., un mètre de long et une cla­vette de mesure. Vous posez la latte sur le sup­port. A hauteur de la divergence, vous glissez la clavette entre la latte et la surface. Ensuite, vous lisez la divergence sur la clavette.

Comment traiter?

Vous rebouchez de grandes irrégularités et fentes avec, p.ex., un mortier de réparation à séchage rapide, en couches plus épaisses, tant que le support est et reste sec. Vous commencez par enlever les parties dont l’adhérence n’est plus bonne, et vous dépoussiérez. Puis, vous appliquez un apprêt adapté et éventuellement des bandes d’isolation périphériques, avec des couches plus épaisses.

le support
Vous devez éliminer toute trace de contamination. Puis, vous brossez et aspirez soigneusement la surface

Les produits de réparation à base de ciment s’appliquent toujours sur des chapes à base de ciment, les produits de réparation à base de plâtre sur des chapes à base de plâtre. N’aplanissez pas avec un système qui réagit à l’humidité quand vous posez un parquet.

PROPRETE ET CONTAMINATION

Le support ne peut pas être souillé par, par exemple, des résidus d’huile, de cire, de peinture, de graisse, de mortier et de plâtre, ou une peau de frittage sur une chape anhydrite (demandez au chapiste si ceci s’est produit).

Comment vérifier?

Vous constatez de telles impuretés via une in­spection visuelle (de préférence à l’œil nu).

Comment traiter?

Vous devez éliminer toute trace de contamination. Vous enlevez la colle, le vernis et la cire par ponçage et avec un décapant. Vous poncez aussi les résidus de peinture, vous enlevez la graisse et l’huile avec un nettoyant universel, de l’ammoniaque ou des granulés de soda corrosifs dissous dans de l’eau. Puis, vous brossez et aspirez soigneusement la surface.

Un sous-plancher avec dalles céramiques exige un nettoyage de base approfondi. Nous ajustons la différence de hauteur entre les dalles et les joints des dalles tout à l‘heure avec un apprêt de rebouchage spé­cial. N’oubliez jamais de dégraisser et dépolir quand vous posez un parquet, le LVT ou un carrelage mince. Et vous enlevez aussi les résidus de colle et les taches d’huile et de graisse avec un produit adapté. Vous poncez aussi les résidus de colle éventuels.

DECHIRURES ET FISSURES

Le support doit être totalement exempt de déchirures (de retrait) et de fissures.

Comment vérifier?

Ce problème se vérifie aussi par le biais d’une inspection visuelle.

Comment traiter?

En présence de microdéchirures de moins de 1 mm, il suffit d’appliquer un apprêt adapté. Si les déchirures sont plus grandes, vous les rebouchez avec une résine spécifique. Vous commencez par meuler et ouvrir les déchirures, vous les dépoussiérez et pour terminer, vous coulez une résine époxy à deux composants, sablée avec du sable quartz (améliore l’adhérence de la colle sur l‘époxy, certainement si l’on attend plus de 2-3 jours). Ou avec une résine silicate à deux composants com­binée avec des agrafes d’ancrage métalliques.

le support
La solidité du support peut être vérifiée par un test de rayures. Ci-dessus: le test de rayures induit un effritement. Ci-dessous: test de rayures OK

Vous coulez toujours une résine époxy ou une résine silicate à deux composants sur les fissures. Et ne les remplissez jamais avec un mortier de réparation à séchage rapide. Car celui-ci autorise une fine fissure capillaire après le coulage, tout comme un mouvement horizontal, d’où la formation de rides. Un fabricant de produits design mentionne que ses produits exempts de retrait et à séchage rapide montrent une flexibilité, pour ponter les fissures. L’expérience lui apprend que de nom­breux sous-planchers ne sont pas idéaux. L’important est bel et bien de préparer les produits avec la bonne proportion de ciment et d’eau.

SOLIDITE

Le support doit avoir une solidité suffisante. Cela implique une résistance à la compression de 8 N/m² ou plus et une résistance à la traction de 0,5 N/m² ou plus. Le sous-plancher ne peut pas être poudreux ou granuleux, ni flexible, p.ex. avec un ancien plancher.

Pour une finition design, il est important que la chape soit assez dure, pas seulement la cou­che supérieure. Si c’est le cas, des problèmes peuvent surgir, quand le produit design durcit et doit perdre sa tension sur le support.

Comment vérifier?

Vous pouvez vérifier la solidité par un test aux rayures. Vous réalisez une trame de rayures avec un appareil raster-score. Si ceci induit un effritement, le sous-plancher n’est pas bon. Vous vérifiez avec une brosse métallique que le support ne montre pas une usure particulièrement élevée. Enfin, vous effectuez un test de martelage. Vous tapotez latéralement sur la surface avec un marteau. Vous détectez des coquilles dures, qui forment des grumeaux.

Comment traiter?

Afin de renforcer les supports poudreux et faibles en béton, ciment et à base de sulfate de calcium et de magnésium (sulfate de calcium = anhydrite), un fabricant propose un apprêt PU à action rapide monocomposant ou un apprêt époxy bicomposant. Une autre entreprise conseille un apprêt pour supports poudreux, sablés, brûlés ou fortement absorbants, tout comme un apprêt pour une plus grande solidité et une meilleure adhérence.

le support
Vous vérifiez la porosité avec un test de goutte. Ci-dessus: un support non absorbant. Ci-dessous: un support trop absorbant

POROSITE

Le support doit avoir une porosité normale, afin qu’une colle d’égalisation adhère suffisamment, par exemple.

Comment vérifier?

La porosité se vérifie par le test de la goutte. Laissez tomber une goutte d’eau sur le sup­port. Si elle disparaît en moins de 5 secon­des, le sol est très absorbant. Si ceci dure de 5 à 30 secondes, il est faible à non absorbant.

Comment traiter?

Sur un support poreux, vous devez atteindre une solidification de la surface. Vous com­mencez par enlever les zones détachées, par un meulage intensif et une aspiration. Ensuite, vous appliquez un apprêt durcissant.

SECHERESSE

Le support doit aussi être assez sec, sans risque d’humidité ascensionnelle. Attention à l’humidité oppressante lors de la pose sur un sol plein sans vide sanitaire et sur un ancien carrelage. Un sol en ciment ou en béton frais peut contenir trop d’humidité résiduelle. Si une chape n’est pas assez sèche, un sol design peut, par exemple, présenter des différences de couleur. Ou des déchirures de retrait peuvent se produire sur une chape à base de plâtre, parce que le plâtre se rétracte au séchage. L’humidité peut aussi attaquer la colle de dispersion, si bien qu’un revêtement de sol se détache ou que des boursouflures se forment.

Comment vérifier?

Vous commencez par mesurer le taux d’humidité avec un appareil de mesure non destructif. Ceci vous donne une première indication de l’humidité éventuelle. Un appareil de mesure au carbure de calcium vous donne une réponse définitive. Un échantillon du support y réagit avec le carbure de calcium, ce qui forme un gaz. Comme ceci se produit dans une bouteille sous pression, la mesure du taux d’humidité est très précise. Ne percez pas cet échantillon dans le sol, car la chaleur qui se dégage, est trompeuse.

TRAITER L’HUMIDITE

Ecran anti-humidité

Lorsque le taux d’humidité excède les pourcentages mentionnés pour les chapes de ciment, vous pouvez placer notamment un écran anti-humidité. Une entreprise le conseille toujours dans les rénovations avec de nombreux dégâts des eaux. Vous ne pouvez fermer qu’un support étanche à l’eau. Une autre entreprise conseille uniquement un écran anti-humidité si elle est certaine que le problème d’eau ne peut pas se déplacer., par exemple vers les parois. Si oui, elle conseille d’injecter dans le sol.

le support
Lorsque le taux d’humidité de la chape de ciment est trop élevé, vous pouvez placer un écran anti-humidité

Un écran anti-humidité se place le plus souvent avec un rouleau, en plusieurs couches, sur un nouveau support propre sans résidus de colle, d’apprêt ou d’égalisation. L’écran anti-humidité choisi dépend de la densité de vapeur du revêtement de sol et de l’écran, et de la charge d’usage prévue.

Types d’écrans anti-humidité

En règle générale, il existe deux types différents. Soit les écrans anti-humidité à dispersion: ils sont constitués d’une dispersion polymère, d’additifs et d’eau, et sont aussitôt utilisables. Par ailleurs, vous trouvez des écrans anti-humidité époxy, avec une résine époxy durcie à la polyamine et deux composants. Un fabricant contacté propose un tel écran anti-humidité avec deux composants. Cette solution supporte un taux d’humidité illimité, également avec une humidité oppressante jusqu’à 10 bars. Mais vous ne pouvez jamais utiliser l’écran sur une chape anhydrite trop humide.

DIFFERENCE DE COMPORTEMENT SELON LE TYPE DE SOUS-PLANCHER

Différents sous-planchers montrent de possibles différences de portance. Un sol design a besoin d’un support plus dur et plus rigide: un sous-plancher en bois n’est donc pas une bonne base pour un produit design à base de ciment. En même temps, les types diffèrent en termes de résistance à l’humidité. D’où l’utilisation préférentielle d’une chape de ciment dans une salle de bains, et pas comme base pour un sol en bois. En effet, vous pouvez bel et bien enfermer l’humidité résiduelle d’une chape de ciment avec un apprêt, mais le bois se déformera toujours de façon considérable.

En général, les sous-planchers en bois régissent toujours aux fluctuations dans l’humidité de l’air environnante, pas les chapes. L’humidité a pour conséquence que la zone de rainure et languette gonfle, ce qui se remarque dans le revêtement de sol ultérieur comme une structure lignée clairement visible. Utilisez uniquement des panneaux de bois.

Différentes réparations selon le type

Les différentes propriétés des sous-planchers en bois et chapes exigent aussi différentes réparations. Vous pouvez remplacer les défauts dans les chapes par des mortiers rapides, vous y traitez les déchirures avec une résine bicomposant. Vous solutionnez les défauts et déchirures dans des sols en bois uniquement avec des planches de bois de remplacement, encollées ou vissées.

le support
Un apprêt améliore l’adhérence du support, fixe la poussière et renforce la cohésion de surface

Les sous-planchers avec dalles céramiques peuvent présenter des creux ou des dalles détachées. Souvent, ils sont traités de façon intensive avec des produits de soins, qui évitent toute adhérence des matériaux de pose. Vous les nettoyez donc à fond.

Spécifique pour le parquet/le LVT/les dalles minces

Les parquets/LVT élastique/carrelages minces se posent notamment sur les chapes en sulfate de calcium (anhydrite), en béton poli, en sable-ciment et à base de ciment, en plus des carrelages, sols en marbre et granite, sols en gravier décoratifs et tapis de pierre, sols en bois et plaques de plâtre.

Vous devez poncer la couche supérieure des sols anhydrite. Vous sablez un sol de béton poli à la grenaille ou avec des microbilles, puis vous le finissez avec un ‘curing compound’ (un film chimique qui évite l’assèchement du béton fraîchement coulé). Si vous travaillez sur des dalles, vous devez les nettoyer à fond, vérifier si des dalles sont détachées, poncer, et égaliser au besoin. Ce sont des systèmes ouverts, qui exigent un écran anti-humidité. Sur un sous-plancher en bois, vous fixez les parties libres/craquantes et vous réparez la pourriture du bois, vous cherchez les insectes éventuels ou traces de moisissures, poncez et égalisez.

UN APPRET AVANT D’EGALISER

Si le sous-plancher est entièrement préparé, vous devez égaliser si possible, par exemple sur un revêtement de sol souple. Mais d’abord vous appliquez un apprêt, de préférence au rouleau ou avec une plâtresse (pour apprêt en pâte). Un apprêt assure en général une adhérence optimale avec l’égalisation. La poussière résiduelle après aspiration d’une chape est aussi liée grâce à l’apprêt. Et l’apprêt peut in­fluencer favorablement la fluidité de l’égalisation. Enfin, un apprêt renforce la cohésion de surface.